20avril2018

Cholera Platform

Against cholera

Evaluation intégrée Eau-Hygiène-Assainissement et Epidémiologie du choléra dans les pays du bassin du lac Tchad (2011)

Auteurs/Organisations : Pierre-Yves Oger et Bertrand Sudre/UNICEF

Année : 2011

Pays : Bassin du Lac Tchad (CamerounNigerNigeriaTchad)


Comp et12 FR

La préparation et la réponse aux épidémies de choléra nécessitent une approche multisectorielle basée sur la connaissance de l’épidémiologie de la maladie à différentes échelles de temps et d’espace, et sur l’implication des acteurs en charge de l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Suite à l’explosion épidémique sous-régionale de 2010, cette étude a été conduite avec pour objectif de proposer des réponses intégrées santé – EHA en décrivant d’une part, l’épidémiologie du choléra dans le bassin du Lac Tchad et d’autre part, en proposant des actions de prévention, de préparation et de réponse aux épidémies de choléra, coordonnées, s’appuyant sur l’ensemble des acteurs des secteurs de la santé et des domaines EHA.

Le bassin du Lac Tchad est un espace singulier en climat soudano-sahélien. Les activités agricoles, pastorales, de transhumance et de pêche sont structurées d’une part, par l’espace lacustre et ses affluents, et d’autre part, par une saisonnalité marquée. Dans cet espace essentiellement rural, les voies de communication transfrontalières drainent les activités commerciales et les déplacements de populations entre plusieurs grandes agglomérations avec des quartiers denses, marqués par des difficultés structurelles d’adduction d’eau et d’assainissement.

Les premières épidémies de choléra dans les pays du bassin ont été notifiées en 1971 lors de l’extension de la septième pandémie jusqu’en Afrique de l’Ouest. L’année 1991 a par la suite marqué un tournant, avec depuis une fréquence accrue des épidémies annuelles. L’étude géographique des dix dernières années illustre nettement le caractère transfrontalier de la diffusion des processus épidémiques. L’analyse rétrospective des facteurs de risque à l’échelle régionale permet de mettre en évidence des facteurs liés à l’accès à l’eau, à l’hygiène et l’assainissement. A large échelle, à partir des données du Cameroun et du Nigeria, la présence de puits ouverts est significativement associée au choléra. Les mécanismes locaux de transmission sont moins connus, mais l’accès tardif aux soins, le rôle des déplacements de populations dans la propagation de l’infection, notamment transfrontalière, et les traditions funéraires sont des facteurs de vulnérabilité décrits depuis les premières épidémies. L’analyse du système de surveillance a permis de proposer un ensemble d’axes de travail nationaux et sous-régionaux sur les systèmes d’alerte précoce. La surveillance communautaire et la coopération transfrontalière sont les deux enjeux majeurs.

Enfin, l’étude présente les recommandations suivantes :

  • Etablir une collaboration transfrontalière sanitaire pour notamment anticiper la diffusion des épidémies ;
  • Adopter une stratégie Bouclier/Coup de Poing avec initiatives de réponse rapide d’urgence ;
  • Prendre en compte les dimensions sociales et humaines dans les stratégies de prévention et contrôle du choléra ainsi que rechercher l’implication directe des communautés ;
  • Développer des programmes de recherche opérationnelle pour optimiser les programmes de prévention et de contrôle du choléra.

Ci-dessous, vous trouverez le rapport en français. Pour retrouvez la version anglaise, accéder à l'article : Water, Sanitation and Hygiene, and cholera epidemiology: An integrated evaluation in the countries of the Lake Chad basin (2011)

Attachments:
Download this file (12-WCA_2011_SLL_UNICEF_EIEHAEPI_FR.pdf)12-WCA_2011_SLL_UNICEF_EIEHAEPI_FR.pdf[ ]5481 kB