Font Size

SCREEN

Cpanel

1chol12Who we are ?

The Regional Cholera Platforms in Africa bring together multi-sectoral partners from different organizations involved in cholera prevention, preparedness, or response in the region.

Where we work?

We work in more than 45 countries across the two regions of Western & Central Africa (24 countries), and Eastern & Southern Africa (21 countries)

What we do?

The Regional Cholera Platforms aim to improve cholera control and prevention across Africa through operationalization of an integrated strategy towards elimination.

Welcome on the Regional Cholera Platforms in Africa

Dynamique des épidémies de choléra dans la région des grands lacs africains (2009)

Sous-titre : Cas de la République Démocratique du Congo

Auteurs / Organisations : Didier Bompangue 

Année : 2009

Pays : République démocratique du Congo


 Comp et17Après avoir été relativement épargnée par les six premières pandémies, l’Afrique continentale a été frappée par la 7ème pandémie en 1970. Depuis cette date, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), plus de 90 % des cas de choléra sont rapportés par l’Afrique sub-saharienne. La République Démocratique du Congo (RDC) fait partie des pays les plus touchés.

En RDC, de 2000 à 2008, 208 875 cas et 7 335 décès (létalité de 3,51%) dus au choléra ont été notifiés à l’OMS, soit 15% des cas et 20% des décès rapportés dans le monde pour la même période. Ces cas de choléra touchent essentiellement les provinces de l’Est de la RDC, situées dans la région des grands lacs. Après plus de trente ans de lutte contre le choléra, une étude épidémiologique de la dynamique du choléra a été initiée dans ce pays dans le but de comprendre les facteurs de récurrence épidémique et de proposer des ajustements sur les approches opérationnelles. Les principaux résultats de ce travail de recherche ont permis de mettre en évidence qu’à peine 10 % des zones de santé, toutes situées à proximité des lacs de l’Est de la RDC, jouent le rôle de zones sanctuaires pour le choléra

Ces résultats ont également permis de mettre en évidence la saisonnalité du choléra, avec moins de cas en saison sèche, et le rôle spécifique des populations de pêcheurs, de commerçants et de mineurs artisanaux dans l’émergence et la diffusion des épidémies de choléra. Il a également été démontré que le choléra n’est pas endémique dans toutes les régions de l’Est de la RDC. La dynamique du choléra dans cette région d’Afrique est globalement instable avec des flambées épidémiques suivies de phases d’extinction relativement prolongées, les flambées épidémiques se produisant selon un mode métastasique lorsqu’on considère l’Est de la RDC dans son ensemble. Cependant, il a aussi été montré que certains foyers fonctionnant jusque-là sur ce mode sont, depuis quelques années, passés à un fonctionnement endémique. C’est le cas des foyers de Kalemie et de Goma.

Sur la base de ces résultats, il a été recommandé la mise en place d’un projet de lutte contre le choléra avec pour objectif, d’éliminer cette maladie de l’ensemble de la RDC. Ce plan vise à concentrer les efforts de lutte sur les sept foyers sanctuaires identifiés, en privilégiant les apports en eau potable parmi l’éventail des moyens de lutte existant. Lorsque les premières actions ont été mises en œuvre sur le site pilote de Kalemie, nous avons constaté une diminution importante de l’incidence du choléra, tandis que les examens microbiologiques ont confirmé que les quelques cas de diarrhées encore rapportés à Kalemie n’étaient plus dus à V. cholerae mais à d’autres bactéries.

L’épidémiologie du choléra telle qu’observée dans la région des Grands Lacs africains est différente de celle décrite en zone estuarienne d’Asie du Sud-Est. Même si plusieurs questionnements subsistent concernant les modes de persistance du choléra dans les zones lacustres ou la pérennité du V. cholerae dans les eaux des lacs, les résultats de ce travail sont porteurs d’un nouvel espoir pour la relance de la lutte contre cette maladie négligée.

Ce rapport de thèse du Dr Didier Bompangue fournit des éléments de compréhension exhaustive des dynamiques épidémiques dans la région des Grands Lacs et a alimenté les stratégies de lutte dans la région. 

Africa was spared from the first six pandemics, however the seventh hit hard the African continent in 1970. Since this date, according to the World Health Organization (WHO), more than 90% of the cholera cases are notified from the sub-Saharian countries. The Democratic Republic of Congo (DRC) is one of the most affected country.

In the DRC, from 2000 to 2008, 208,875 cholera cases and 7,335 deaths (case-fatality ratio of 3.51%) were notified to WHO, representing 15% of the world burden in terms of mobidity and 20% in terms of death toll. Cases were mainly coming from Eastern provinces, located in the Great Lakes region. After 30 years of efforts to control cholera, an epidemiological study of the cholera dynamics was conducted in this country, aiming at understanding the recurrence factors and at informing operational approaches accordingly. The main results of this research showed that barely 10% of the health areas, all located alongside the lakes of Eastern DRC, are cholera high risk areas.

These results highlighted the seasonality. There are less cases during the dry season and the fishermen the merchants and the artisanal miners play a specific role in spreading. The study demonstrated that cholera is not endemic in the all the regions of Eastern DRC. The cholera dynamic in this region is globally instable with outbreaks followed by relatively long-lasting extinction phases. Epidemic outbreaks appear according to a cancer mode of metastasis, if it is looked at a bigger level. However, in some locations, the incidence of cholera cases is rarely null and epidemics are more in an endemic mode such as in Kalemie and Goma.

Based on these results, it was recommended to implement a project to control cholera while the overarching goal will be to eradicate the disease of the DRC. This plan would concentrate its efforts on long term prevention and control in the seven identified sanctuary areas (high risk areas) through prioritizing an improved access to water services among the different existing measures. While first actions were implemented on the experimental site of Kalemie, an important decrease of the cholera incidence was noticed. At the same time, the microbiological analysis confirmed that the few diarrhoea cases notified in Kalemie were not due to V. Cholerae but to another bacterium.

The cholera epidemiology observed in the Great Lakes Region is different from the one observed in the estuary areas of South East Asia. Even if several questionings are remaining about the persistence capacity in the lakes areas or about the continuity of the V. Cholerae in the lakes water, the results of this study bring hope and provide a new breath in the fight against this neglected disease.

This thesis from Dr Didier Bompangue provides elements for an exhaustive understanding of the epidemic dynamics of the Great lakes region and has informed strategies in the West and Central Africa region. 

Attachments:
Download this file (17-RDC_2009_SLL_UNIVFC_DECRGL_FR.pdf)17-RDC_2009_SLL_UNIVFC_DECRGL_FR.pdf[ ]31741 kB

Supported by


European Civil Protection and Humanitarian Aid Operations
ECHO


UK’s Department for International Development (DFID)
UK AID


The United Nations Children's Fund
UNICEF

Our Offices

  1. UNICEF Regional Office for West & Central Africa (WCARO)
    Immeuble Madjiguene – Almadies Dakar
    P.O. Box 29720 Senegal
    Email : contact@choleraplatform.info  | jgraveleau@unicef.org

  2. UNICEF Regional Office for Eastern and Southern Africa (ESARO)
    Block F" and part of E" ,Gigiri United Nations Avenue  Limuru Road
    P.O. Box 44145  Nairobi, Kenya 00100
    Email : gtabbal@unicef.org
1

Dakar , Senegal

Email : contact@choleraplatform.info
2

Nairobi,Kenya

Email : gtabbal@unicef.org