20avril2018

Cholera Platform

Against cholera

Evaluation intégrée Eau-Hygiène Assainissement et Santé sur le choléra au Cameroun (2010)

Auteurs / Organisations : Bertrand Sudre, Nicolas Le Goff/UNICEF, fondation Véolia

Année : 2010

Pays : Cameroun


Comp et31

L’étude épidémiologique du choléra au Cameroun depuis 1971 a permis de mettre en évidence deux espaces géographiques régulièrement touchés que sont la façade littorale en particulier Douala et les régions septentrionales du Nord et de l’Extrême Nord. La zone littorale notifie ces dernières années moins de cas que celles septentrionales. C’est pourquoi l’évaluation s’est centrée sur l’analyse de la situation dans l’Extrême Nord. Des grilles d’évaluation EHA et santé ont été définies couvrant un certain nombre d’aspects en précisant les sources et les indicateurs à qualifier.

Cette évaluation a permis de montrer le très faible accès à l’eau potable de la population de l’Extrême Nord. Non seulement les infrastructures sont insuffisantes mais leur qualité n’est pas assurée et en fin de saisons sèches, de nombreux puits tarissent. Il apparait aussi que la défécation à l’air libre reste fortement pratiquée et les déchets ne sont pas collectés. En période de pluie, la situation sanitaire est donc fortement dégradée.

L’évaluation a montré que la surveillance épidémiologique est globalement de bonne qualité. Il serait néanmoins nécessaire de renforcer les capacités du personnel afin de développer leurs capacités d’analyse et d’organisation. L’analyse épidémiologique à l’échelle du pays a montré la nécessité pour l’ensemble des acteurs d’être prêt au plus tard pour la première semaine d’avril pour faire face à d’éventuelles épidémies : avant cette date, les plans de contingence doivent être mis à jour, un état de stocks d’intrants fait et des formations assurées auprès du personnel des districts sanitaires.

Dans la région de l’Extrême Nord, l’épidémie de 2010 a débuté dans le district de santé de Maga, riverain du Lac Tchad et frontalier avec le Nigéria. La propagation de l’épidémie ensuite a coïncidé avec l’arrivée de la saison des pluies et à des mouvements de population. Les 3 zones les plus touchées ont été la zone des monts Manadara, la zone du Lac Tchad et le Sud Est.

L’analyse de la réponse EHA apportée, mise en perspective avec la dynamique épidémiologique, a permis d’identifier des déterminants contextuels ayant favorisé l’épidémie : une dégradation progressive des conditions d’accès à l’eau et à l’assainissement du fait d’une population grandissante et des infrastructures mal entretenues, une capitalisation insuffisante sur les épidémies précédentes, un contexte régional et transfrontalier à risque, une perception de la maladie mal comprise. Les recommandations émises à l’issue de l’évaluation se répartissent en 5 axes :

  • Définir un plan de contingence régional EHA et Santé,
  • Améliorer significativement l’accès sécurisé à l’eau potable,
  • Renforcer la coopération transfrontalière,
  • Développer une recherche opérationnelle via des études socio-anthropologiques,
  • Réduire l’impact des maladies du péril fécal via des programmes d’éducation sanitaire.

The epidemiologic study since 1971 identified 2 areas regularly affected by cholera: the seafront (particularly Douala) and the north and Far North regions. The coastal area notified less cases than in the Far North during the last years. The WASH and Health evaluation assessments were designed to cover a large scope of aspects to specify potential sources and indicators.

This evaluation highlighted a very poor access to safe water for the Far North population. Not only regarding the quantity but also the quality was to be highly below standards. At the end of the dry season, a lot of boreholes are dry. Open defection is still highly practiced and the solid waste are not collected. During the rainy season, the sanitary situation is highly deteriorated.

The evaluation confirmed that the cholera surveillance is globally good. But it is necessary to build staff’s capacity on analysis and organisation. Based on the global country analysis, early April seems to be the latest time for all cholera stakeholders to be refreshed and prepared to face an outbreak. Before this date, contingency plans shall be updated, pre-positioned stocks checked and the health district staffs trained.

In the Far North region, the 2010 epidemic started in the Health district of Maga, bordering both the Lake Chad and Nigeria. The epidemic expansion was then favoured by the arrival of the heavy rains and by population movement. The mountain of Mandara, the area of the Lake Chad and the South East have been the most affected areas.

The analysis of the WASH response combined with the epidemiologic dynamic informed contextual factors which have favoured the epidemic: gradual decrease of the access to water and sanitation due to the population increase and due to the inadequate maintenance of the facilities, insufficient documentation on the previous epidemics, a regional and cross border context at-risk, a bad perception of the disease. The recommendations were proposed following these 5 axes:

  • To set up a regional WASH and Health contingency plan,
  • To have a real improvement of the access to safe water,
  • To reinforce the cross-border cooperation,
  • To develop an operational research based on social and anthropologic studies,
  • To reduce the impact of the feco-oral diseases through health education programs.
Attachments:
Download this file (31-CAM_2010_SLL_UNICEF-FVE_ST1_FR.pdf)31-CAM_2010_SLL_UNICEF-FVE_ST1_FR.pdf[ ]3826 kB