Font Size

SCREEN

Cpanel

Choléra : Stratégie contre la maladie des pauvres dans les provinces endémo-épidémiques de la RDC (2014)

Auteur / Organisation : Julien Graveleau/UNICEF 

Année : 2014

Pays : République démocratique du Congo


Comp et11

 Le choléra est présent en République Démocratique du Congo (RDC) depuis 1978. Depuis 2006, le choléra est devenu endémo-épidémique au Sud Kivu, Nord Kivu et Katanga (NdR : à la date du rapport la province Katanga rassemblait les 4 provinces actuelles : Haut Katanga, Haut Lomami, Lualaba et Tanganyika). Cette tendance est plus visible depuis 2007 avec un nombre de cas de choléra qui peine à baisser : le vibrion aurait-il trouvé un environnement propice où il peut se régénérer ? L’analyse des données montre que le Katanga a été, ces dernières années, la province la plus affectée par le choléra (44% des cas) suivi par les deux Kivu qui représentent l’essentiel de l’autre moitié (46% au cumulé) représentant 5 000 cas par an.

Le risque de propagation du choléra reste fort et peut s’amplifier du fait de la dégradation de la couverture en eau potable, du développement des infrastructures routières qui vont entrainer une multiplication des échanges migratoires et commerciaux, et la réduction des temps de transport à travers le pays. A ces facteurs s’ajoute la présence de lacs et rivières constituant des réservoirs de contamination importants ainsi que des saisons sèche et pluvieuse favorisant la propagation ou l’amplification des flambées.

Fin 2007, le gouvernement de la RDC par sa Direction de Lutte Contre la Maladie (DLM) du Ministère de la Santé Publique a développé un premier plan stratégique d’élimination du choléra révisé ultérieurement en « Plan stratégique multisectoriel d’élimination du choléra en République Démocratique du Congo 2013-2017 » en 5 axes stratégiques définis ci-dessous :

  1. Renforcement des activités de surveillance épidémiologique globale, recherche opérationnelle et circulation de l’information,
  2. Renforcement des mesures de prévention,
  3. Mise en place des interventions durables liées à l’eau potable, à l’hygiène et l’assainissement,
  4. Prise en charge médicale des cas,
  5. Renforcement de la coordination et de la communication.

Si le secteur WaSH représente essentiellement deux axes stratégiques sur les cinq identifiés, c’est le secteur où les attentes de financement sont les plus importants avec plus de 80% des fonds pour l’axe 2 et 3 (132 millions sur les 157 millions sur 5 ans). Il intervient également dans les axes 1 et 5 liés à la recherche et la communication. Toutefois, ce plan restait jusqu’alors théorique et peu opérationnalisé. C’est ainsi que, pour accroitre son impact, le cluster EHA a fait évoluer sa stratégie afin de confiner le choléra sur des zones bien précises en déployant des activités de prévention telles que la mise en place de point de chloration et de réponse d’urgence.

Ainsi, ce document stratégique de la lutte préventive contre le choléra, fruit d’années d’observations, d’analyses, de discussions et d’ateliers menés à travers le cluster WaSH RDC, démontre la vulnérabilité de la RDC par rapport au choléra, cible les zones clés mais surtout propose des actions concrètes, adaptées et chiffrées de lutte contre le choléra en zone endémo-épidémique.

Cholera has been affecting the Democratic Republic of Congo’s people since 1978. Since 2006, the cholera has become endemo-epidemic in North Kivu, South Kivu and Katanga (NB: in 2011, the Katanga was composed of the four current provinces, Upper Katanga, Upper Lomami, Lualaba and Tanganyika). This trend has been even more visible since 2007, as the number of cholera cases barely decreased: did the Vibrio find a suitable environment where to generate? Data analysis showed that Katanga was during the past years the most affected province (44% of the reported cases), followed by both North and South Kivu representing 46% of the cases, with 5,000 cases a year.

The risk of cholera spreading remains high and could become higher as the access to safe water supply declines, road networks expand which increase the migratory flow and trade exchanges by also reducing the transport duration across the country. In addition, lakes and rivers are important contamination reservoirs, and seasonal variations impact the propagation or the intensity of outbreaks.

End of 2007, the Congolese government through its “Direction de Lutte Contre la Maladie (DLM)” of the Ministry of Health developed a first edition of its strategic plan for cholera elimination. Lately it was revisited and named the « Multi-sectoral strategic plan for cholera elimination in the Democratic Republic of the Congo 2013-2017” derived into 5 strategic axes:

  1. Reinforcing epidemiological surveillance activities at national level, operational research and information management and flow,
  2. Reinforcing prevention measures,
  3. Implementing sustainable interventions related to water and sanitation services and hygiene,
  4. Case management,
  5. Reinforcing coordination and communication.

WASH sector is mainly represented into 2 axes as aforementioned. This is also the sector where financial needs are the most important with more than 80% of the funding needs for axes 2nd and 3rd (132 million over the total of 157 million in a 5-year period). WASH is also a sector to involve in the 1st and 5th axes. However, despite the efforts made, this plan remained mainly theoretical and insufficiently operationalized. Therefore, to reach a greater impact, the WASH cluster revised its strategy to better control cholera outbreaks in specific areas, by implementing prevention activities such as chlorination points and emergency response activities.

This strategic document, as a result of years of observations, analyses, discussions, and workshops facilitated by the WASH cluster, hence informs on the vulnerability of the DRC to cholera, specifies the areas at-risk and formulates concrete context-based actions, tailored and costed to tackle cholera in endemo-epidemic areas.

Attachments:
Download this file (11-DRC_2012_SLL_UNICEF_CSMP_FR.pdf)11-DRC_2012_SLL_UNICEF_CSMP_FR.pdf[ ]2176 kB